février 25, 2024

Les meilleures sonneries, jeux et applications pour ton mobile

Photo de l'artiste Aya Nakamura

En rencontrant une poignée de journalistes à Paris, le directeur du développement international de Warner Music France, Ming Loong Patour, a déclaré que les données permettent d'avoir un premier aperçu de "comment la musique bouge" -Photographie JOEL SAGET / AFP©

La data, une nouvelle manière de tracer le déplacement de la musique

La data, qu’est-ce que c’est ? Et quelle est son importance dans l’industrie musicale ? C’est un moyen de quantifier les retours streaming. Il permet aussi de monétiser l’attention du public. Des artistes comme Aya Nakamura et Ed Sheeran ont déjà vu comment cet outil peut mener vers le succès.

L’importance de la data dans l’industrie musicale

Près de 100 000 chansons sont téléchargées quotidiennement sur Spotify uniquement. Et forcément, naviguer dans cette mer de titres demande beaucoup de savoir-faire. La data est un des outils les plus importants pour s’y retrouver. Les informations liées au titre permet non seulement d’identifier l’auteur, le style et l’étiquette du titre, mais aussi de savoir où, qui et quand il a été entendu. Un véritable guide pour comprendre l’importance des données dans l’industrie de la musique. Fournir des métadonnées est une étape essentielle pour que votre titre soit correctement référencé sur les plateformes de streaming et facilement visibles par les auditeurs. Mais de nombreux artistes ne réalisent toujours pas l’importance de la data dans le monde de la musique en ligne.

Aya Nakamura, Ed Sheeran : le secret de leur succès ?

Saviez-vous qu’Aya Nakamura se promène aux Philippines ? Ed Sheeran quant à lui choisit des chansons en fonction du lieu du concert et utilise l’effet inverse lors de la diffusion. Il est clair que la data ou aussi l’exploitation des données fait vraiment partie intégrante de l’industrie musicale. Aya Nakamura, cette artiste francophone célèbre au niveau mondial, réserve bien des surprises. Elle a touché un vaste public avec des titres français, mais associé à la tradition de la Suisse, la Belgique, le Québec, les Antilles, l’Afrique du Nord et de l’Ouest, et même la Polynésie. La chanson « Copines » (2018) a été classée dans le Top 5 de Spotify en Asie sur la base de la chorégraphie publiée sur TikTok depuis les Philippines. Plus tard, il s’est répandu en Thaïlande, en Birmanie, en Indonésie, etc. Une œuvre souvent appelée « potapota » par les internautes philippins.

Retours streaming et projection commerciale

La data permet non seulement la traçabilité, mais aussi la préparation commerciale. Alors un jour, un autre morceau d’Aya Nakamura, « Nirvana » (2020) remixé par un DJ des îles Marshall, en Océanie, a explosé sur TikTok. Labels et maisons de disques le contactent alors pour vendre cette nouvelle version avec l’accord de l’artiste. Le projet Hype Habits montre également comment la sélection de morceaux en concerts dans une région affecte la diffusion en continu après le spectacle de morceaux spécifiques dans cette région  selon le directeur de Warner Music Music.

Des données pour développer l’économie de l’attention

Comme le dit Alain Veille, président de Warner Music France, la data est un outil de « l’économie de l’attention ». En d’autres termes, c’est la meilleure façon de monétiser l’attention, car la data attire un public de plus en plus recherché sur les médias traditionnels et les nouvelles plateformes musicales. Il n’y a pas que les maisons de disques comme Warner qui s’appuient sur la data. Savez-vous comment l’organisme indépendant Ekler’o’shock a créé un espace pour le duo électronique Polo & Pan en 2020? Grâce à son analyse des plateformes d’écoute sud-américaines, lors de la présentation des résultats de l’exportation de l’artiste produit en France.

Avec ETX/DailyUp